Pourquoi l’élection de Macron est bénéfique aux relations franco-chinoises

作者:李春燕,中欧飞达咨询公司创始人

上周日,年仅39岁的马可龙以66%的选票支持率登上法国总统宝座,吸引了全世界的目光。虽然近几年法国陷入经济停滞、恐怖袭击、内部分裂的挑战中,但法国人民再一次维护了一直以来引以自豪的价值观:“自由,平等,博爱”。虽然未来五年内挑战重重,但无疑,法国从此翻开了新的一篇。尤其马可龙的竞选团队年轻、开放、充满活力,代表着一个全新的法国形象。

在法国总统竞选期间,各位候选人甚少提及中国,而马可龙的“前进”运动纲领里关于中国也只有这么一段话:“法国与欧洲应当与中国加强和平衡在安全、商业和生态方面的关系。” 周二,习近平同马可龙通过电话交流,指出中方继续支持欧洲一体化进程,欢迎法方参与“一带一路”建设,并希望双方继续推动全球治理变革,维护包括气候变化《巴黎协定》在内的全球治理成果,加强在二十国集团框架内合作等。而马可龙则表示法国新政府将继续奉行积极友好的对华方针,坚持一个中国政策,深化两国在外交、经贸、工业等领域和“一带一路”建设框架内务实合作,就应对气候变化、二十国集团合作等重大国际事务继续密切沟通协调。

虽然到目前为止,马可龙将重点放在本国的总统竞选,以及接下来的六月份议会选举等,还没有真正阐述过对华政策,但我们可以预料到的是,他的当选将会进一步促进中法关系的发展。

首先,法国本身面临的国内挑战和国际大环境所致。

法国近些年经济低迷,失业率一直在10%左右徘徊,而在25岁以下的年轻人中甚至达到了24%。法国需要通过与他国加强经济合作,来为本国经济带来益处。而中国虽然近几年经济放缓,但仍在持续增长中。此外,面对美国和英国民粹主义的上升、欧洲未来的不确定性,以及法俄关系的紧张,法国与中国更加走近,乃情理之中的事情。

第二,面对全球化、自由贸易以及气候变化,马可龙与中国的态度一致。

法国是一个相对保守的社会,长时间以来,相当一部分民众对全球化和自由贸易一直抱有质疑甚至抵触的态度,觉得那侵犯了自己的本来利益;在只关注自己小范围的生存圈子、缺乏国际经验与视野的民众当中,这一点尤为明显。这也部分解释了,为什么“国民阵线”勒庞的势力能够在近些年持续上升。马可龙则主张全球化和自由贸易,同时对欧洲进行适当的保护。

而中国的立场,一向支持全球化和自由贸易,也是其坚定的执行者;2013年推出的“一带一路”概念,意在加强与东南亚、南亚、中东、北非及欧洲各国的经济合作并取得共赢。虽然中国的进出口贸易在全球范围内,目前因为地方保护主义的上升而遭遇挑战,但2016年,中国的海外非金融类直接投资已经达到1701亿美元,比2015年增长44%。

此外,虽然法国一部分民众对中国企业在法国投资持有偏见,但马可龙展现了比较开放的立场。2015年,山东高速集团牵头收购法国图卢兹机场股权,在法国媒体和民众中引起各种争议。马可龙的前任经济部长决定给予绿灯通行,而马可龙则签署了决议。今年二月份,在接受法国南比利牛斯电视三台采访时,他说:“我们不能只喜爱购买空客飞机的中国人,而不喜爱投资机场的中国人”。虽然,马可龙在反对中国对欧洲的“钢铁倾销”上,态度坚决。

最后,不同于美国,中国和法国都支持继续遏制全球气候变暖。最近,马可龙甚至就此主题专门制作了一段对话川普和美国人民的视屏,邀请美国气候方面的研究者、创业者以及工程师前来法国,加入法国和欧洲的同行,一起在气候变化、新兴能源和新兴技术等领域作出共同努力。而中国在2015年巴黎气候大会上,则明确表态将采取措施,尤其要降低二氧化碳的排放量。

第三,马可龙是一位不循规蹈矩、对不同事物保持开放的总统。

作为法国第五共和国历史上最年轻的总统,马可龙展现了一个优秀、蓬勃、乐观、开放、注重效率的形象。在法国左派和右派多年轮流执政的情况下,他自创中间派—-“前进”运动,颇有中国“中庸”和“不偏不倚“的哲学风格,并且完全开创了法国一个新的政治局面。除了提议推进经济和发展新兴产业之外,他还积极鼓励创业。在他担任经济部长期间,就曾将自己的私人信箱公之于众,以接收创业者的各种提议。他创立的“前进”运动团队,只看能力和才华,不看肤色和国籍。他重视男女平等,其“前进“党提名候选人中半数为女性,最小的仅有24岁,而平均年龄(46岁)也比目前法国国民议会议员的平均年龄小了14岁。

而他与大他24岁的太太之间的爱情故事,除了为国人津津乐道,更展现了他不循规蹈矩、追求思想和精神自由的个性。2015年,他的故事已经开始在国内流传。最近一段时间以来更刷屏了微信朋友圈。在新浪上,“法国总统老婆”还成为了搜索词。对于一个极其重视女性年龄、称27岁及以上单身女性为 “剩女”的国度来说,这看起来似乎完全不可思议,不但带来了一股清风,并且再一次展示了所谓“法式浪漫”的魅力。

再者,基于他本身的风格,他应该不会在与中国对话时集中到意识形态之争上。他与习近平通话时明确表态支持一个中国政策,相信他今后也会在所有中国敏感的政治话题上,保持相当谨慎的态度。

第四,马可龙在不同场合对中国表达过赞赏。

在马可龙为竞选而出版的著作 « 革命 » 中,他积极肯定了中国的经济发展,并指出中国领导人一直没有忘记法国是第一个与之建交的西方国家。他还曾引用过邓小平的名言—-“不管黑猫白猫,能捉到老鼠就是好猫”,体现了他务实而注重效率,和中国人的行事风格不谋而合。他之前担任经济部长职位不过两年,创立“前进”运动短短一年,但通过发起草根运动,派出志愿者挨家挨户访问30万家户,并根据这些第一手访谈资料来为其政策制定提供素材。事实上,出生于银行界的马可龙,身上有美式的高效执行力,与一部分法国民众经常可见的拖沓风格形成鲜明的对比。

第五,马可龙对在法华人的安全问题也表达了关注。

今年三月,当被法国警察在家中枪杀的华侨刘少尧的事件,引起在法华人社团的愤慨时,马可龙是第一位也是唯一一位会见并慰问刘少尧家属、并接待华人社团代表的法国政界人物,同时他还强调了中法关系的独一无二性。此次接待后,“巴黎人报”甚至谣传在此次华人代表中有一位中国间谍,虽然事件后来在法国媒体得以澄清。

中法两国之间仍然存在着众多机会等待开发,尤其在消费、服务、旅游、新能源、环境保护等领域。我们期待马卡龙能够在未来五年内大展宏图、将法国带领出隧道的同时,也期待中法之间可以继续加深对彼此的了解,强化合作,增强友谊!

追忆吴建民大使:“中法合作需要保持友好和开放的姿态”

2016-06-20, 李春燕

谨以此文,追忆为中西、中法关系作出巨大贡献的吴建民大使先生。

周六早晨,惊悉吴建民大使在武汉因车祸去世,难以置信。刚开始以为是谣言,也非常希望是谣言。让人无限悲伤的是,最终证实为真。

吴大使的音容笑貌仍历历在目。最后一次见到他,是在去年8月底由法国 “展望与革新基金会”组织的Futuroscope “中俄论坛”上。大使先生的演讲是当天唯一不带演讲稿的,并给听众尤其法国听众带来了全新的视野,令人印象尤为深刻。他谈及中、俄、欧三者关系,中国当前的经济转型,以及实现此转型最重要的三个因素:“稳定”、“发展”与“改革”。他强调中国的长期战略建立在“和平”、“发展”与“合作”原则之上,反对扩张、霸权与大国联盟。吴大使这么讲,一定是因为深知西方这些年对于中国崛起的动机一直抱有不解甚至恐惧的态度(我本人经常会感受到西方人的这种心理)。他发言时台下的听众非常安静。言毕,掌声热烈。

第一次见到吴大使,是2014年3月份,他出席法国巴黎国际书展 (Salon du livre) 。那次他同样妙语连珠,非常具有说服力。据我在中法圈多年的观察,如吴大使这般精准掌握法语,用西方人能够信服的方式来传递理性思想和一个强大但友好、开放的中国形象的外交官,并不多见。而且他谦逊、儒雅、热情,具备谦谦君子的风骨。这些,从一些细节即可窥见。吴大使与人握手时,面带笑意,眼神有交流,握手温暖有力。我每次与他信件交流,他都很快回复,言简意赅但暖人心肺。

去年4月份,我带着他为我写序的法文书《决胜中国市场》 (Réussir sur le marché chinois) 去北京拜见他。这本书是在中法建交50周年之际由法国Eyrolles出版社出版的,目的在于促进中法间的经济合作,帮助法国企业更好的在中国市场上成功,并分析文化对于商务世界的影响。吴大使对于中法关系的促进、以及对于后辈成长的无私帮助,令我非常感动。

他在建国门外的外交公寓办公室内接待了我和我的一位朋友。我们谈论起中法关系的现状与发展等。大使先生精神矍铄,思路敏捷清晰,并且对我的个人发展规划也提出了非常中肯的建议。谈话中,我和朋友的茶杯中,只要水一浅下去,大使先生就立刻提醒他的秘书给我们续水,如此好几次。其对于来客的关怀与细心,给我们留下了深刻的印象。而这一切,似乎就发生在昨日,如今大使却已仙逝,实在令人唏嘘不已!

吴大使去世后,国内网络上出现了一些杂音。但我个人以为,一个成功的外交官,应在深度了解中西政治、经济、社会、历史、文化等的基础上,掌握西方世界的思维与交流模式,这样才能真正让双方加深了解,并展现大国的胸怀与风范。否则,就容易“自说自话”,甚至让双方误解加深。中国传统智慧讲究的是“以柔克刚”,而且真正的强者,其外表一定谦逊,待人处事一定如流水般灵活。强国利民,并不代表要在国际上一直展现强硬的姿态,挑起争端,而是以柔克刚,以理服人,如此才可真正提高中国在国际上的软实力和说服力。尤其在法国,崇尚理性逻辑思维、“我思故我在”,当意见不同的双方开始辩论时,并不是表现得最强硬、声音最响亮的那一方,就能服众。

无论国人对于所谓“鹰派”和“鸽派”之争如何定义与评论,我身边接触过吴大使的中法界人士,都对他称赞有加,感谢他为中西尤其中法关系所作出的巨大贡献。更值得一提的是,2003年,时任法国总统的希拉克在爱丽舍宫接见了即将离任的中国驻法大使吴建民,并授予他“法国荣誉勋位团大骑士勋章”。这是仅次于法国总统授予外国元首的十字勋章的全法最高表彰奖,授予一位离任大使乃破天荒第一次。

在吴大使车祸当天,法国驻华大使顾山发悼词表示:“法兰西人民失去了一位知晓法国并为法中关系做出巨大贡献的伟大朋友。” 我一位从事多年中欧商务投资的法国企业家朋友,André Loesekrug-Pietri先生如此评论他: “He was a dear friend… Ambassador Wu had an incredible contribution to French-Chinese understanding, cooperation and friendship. He will be profoundly missed. Our thoughts and prayers are with him and his family.” 肺腑之言,令人动容。

附上吴大使为我的《决胜中国市场》一书所作的序言,以寄哀思。(法文版因为排版空间限制,略有删减) 大使先生已驾鹤西去,但其一颗爱国的赤子之心、理性的思想、人格的魅力、以及对中西/中法关系的巨大贡献,将永远留存在我们的心中。中法之间的友谊和交流,一定也会继续发展下去;未来,中国会进一步走向世界,世界也会更好的了解中国。作为来往于两个世界中的华人,我们会继续用友好、开放的姿态与西方交流。

愿大使先生您从此沉眠于安详与宁静当中!

附:《决胜中国市场》序言

今年适逢中法建交50周年。50年在人类的历史上不过是短暂的一瞬间。但是,过去50年却见证了中法交流与合作在各个领域里的快速增长以及前所未有的进展。

1964年,中法建交的那一年,中法贸易额仅为1亿美元。而2013年突破了520亿美元。50年间贸易额增长了520倍,不可谓不快。两国人员的交往也越来越频繁。1964年几乎没有中国旅游者去法国,而今天去法国的旅游者,每年都是以百万计;1964年中国大陆在法国几乎没有留学生,而今天留法学生已经有四万多人。中法关系的迅速发展,证明了当年毛泽东主席和戴高乐将军关于两国建交的决定是何等的英明和富有远见。中法建交对两国后来的发展都有深远的影响。1965年与中国建交的国家只有50个,今天与中国建交的国家达到172个。在与中国建交方面,法国是走在前面的。法中建交也坚定了法国坚持独立自主的外交政策的决心。中国也如此。

我们在看到中法关系50年取得重大进展的同时,也要看到存在的不足。中法经贸关系虽然发展很快,但是与其他国家相比,速度仍显不够。2013年,德国的GDP为3.7万亿美元,当年中德的贸易总额达到了1620亿美元,为中法贸易的三倍多。荷兰的GDP仅为8000亿美元,而法国为2.7万亿美元,是荷兰的三倍多,但是2013年中荷的贸易额却达到了700亿美元,远远走在法国的前面。上述数据表明,中法贸易合作还有很大的潜力。为什么这些潜力迄今没有能够挖掘出来?重要原因之一,就是双方相互了解不够,特别是法国商界对中国市场了解不够。

李春燕女士采访了100名中国和法国从事两国经贸合作的企业家和创业家,介绍他们的经验和体会。这本书的视角是独特的。写中法经贸关系的书不少,但是由多名中国和法国的企业家介绍自己切身体会、并真正结合中法两个视角的书还并不多见。特别需要指出的是,李春燕女士是中国人,在中国开始学业及职业生涯,学习了法文,然后在法国学习并工作十多年。她对中法双方及其互动的了解是深刻的。这本书一定会给希望在中国市场上成功的法国经济界人士提供有益的启示和帮助。

我向所有对中国市场有兴趣的法国人以及有志于发展中法经贸合作的中国人推荐这本书。如本书所述,在中法经贸合作中,要想成功并获得共赢,双方都需要保持友好和开放的姿态、耐心及灵活性,真正花时间去了解对方的文化、共同点和差异性,求同存异。我坚信今后50年,中法经贸合作必定会有更大的进展。

吴建民

中国前外交部新闻发言人、前驻法大使

2014年5月于北京

Avant-propos —-Réussir sur le marché chinois

Cette année 2014 marque le cinquantième anniversaire des relations diplomatiques entre la France et la Chine. Un demi-siècle, au fond, ce n’est qu’un bref instant dans l’histoire de l’humanité. Au cours de ces 50 dernières années, les échanges et la coopération entre la Chine et la France ont affiché des résultats exponentiels, tandis que des progrès sans précédent n’ont cessé d’augmenter, à divers niveaux des relations franco-chinoises.

En 1964, année où la Chine et la France ont établi des relations diplomatiques, le volume du commerce entre les deux pays représentait seulement 100 millions de dollars. En 2013, il a atteint 52 milliards de dollars d’après le ministère du Commerce de la Chine. Durant cinquante ans, le commerce franco-chinois a été multiplié par 520, un rythme extraordinaire. Les échanges entre les deux pays sont également devenus de plus en plus fréquents. En 1964, il n’y avait presque pas de touristes chinois en France, aujourd’hui nous en comptons des millions chaque année. En 1964, nous ne trouvions en France presque aucun étudiant venant de la Chine continentale, aujourd’hui, nous en comptons presque quarante mille. Le développement rapide des relations franco-chinoises prouve à quel point était brillante et clairvoyante la décision conjointe du président Mao Zedong et du général de Gaulle d’établir des relations diplomatiques entre les deux pays. Seuls cinquante pays avaient des relations diplomatiques avec la Chine en 1965, aujourd’hui il y en a cent soixante-douze. La France, étant la première parmi les puissances occidentales à avoir établi des relations diplomatiques avec la Chine, a renforcé l’indépendance de sa politique étrangère. La Chine aussi.

Les relations franco-chinoises ont connu des progrès significatifs et nous devrions encore connaître certaines améliorations dans divers domaines. En effet, la vitesse de coopération économique et commerciale entre les deux pays paraît encore insuffisante en comparaison à d’autres pays. En 2013, le PIB de l’Allemagne était de 3,7 trillions de dollars et le total du volume du commerce entre l’Allemagne et la Chine de 162 milliards de dollars, soit plus de trois fois celui entre la France et la Chine. Le PIB des Pays-Bas était de 800 milliards de dollars seulement, celui de la France de 2,7 trillions de dollars, soit plus du triple de celui des Pays-Bas, mais le commerce entre les Pays-Bas et la Chine a atteint 70 milliards de dollars, loin devant la France. Les données ci-dessus montrent que la coopération économique et commerciale entre la France et la Chine recèle un immense potentiel. Pourquoi ce potentiel n’a-t-il pas encore été mis en valeur jusqu’à présent ? Une des principales raisons est sans doute que la compréhension mutuelle n’est pas encore suffisante, en particulier en ce qui concerne le milieu d’affaires français vis-à-vis du marché chinois.

Chunyan Li a interviewé cent dirigeants et entrepreneurs franco-chinois, engagés dans le commerce et la coopération économique entre les deux pays, pour partager leurs connaissances et retours d’expérience. L’angle de vue de ce livre est unique. Certes, les publications sur le business franco-chinois sont nombreuses, pourtant, très peu abordent ce sujet en combinant vraiment deux angles de vue – non seulement occidental mais aussi chinois – et en intégrant les expériences terrain des dirigeants et entrepreneurs français et chinois. Il est important de noter que si Chunyan Li est née en Chine et y a commencé ses études et sa carrière, elle a appris le français, a poursuivi ses études en France et y travaille depuis plus de dix ans. Sa compréhension du monde français et chinois et de leurs interactions est profonde. Ce livre pourra certainement inspirer et aider les hommes d’affaires qui veulent réussir en Chine.

Je recommande ce livre à tous les Français qui sont intéressés par le marché chinois et à tous les Chinois qui sont intéressés par le développement de la coopération économique et commerciale entre les deux pays. Comme le démontre ce livre, pour réussir en affaires et avoir une relation gagnant-gagnant, il faut que les deux parties gardent une attitude amicale et ouverte, soient patientes et flexibles, prennent le temps de comprendre leur culture respective, les points communs et les différences, et « cherchent le terrain commun tout en gardant les différences », comme le dit un proverbe chinois. Je crois fermement que, dans les cinquante prochaines années, la coopération économique et commerciale entre la France et la Chine ne fera que croître.

Jianmin Wu,

ancien porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères

et ancien ambassadeur de Chine en France, mai 2014, Pékin

Pourquoi les entreprises chinoises investissent-elles à l’étranger ?

Les investissements directs à l’étranger (IDE) non-financiers chinois, qui avaient atteint 118 milliards de dollars en 2015, ont déjà dépassé la barre des 40 milliards au premier trimestre 2016, soit une hausse de 55,4% sur un an.

Le passage d’un nombre croissant d’entreprises occidentales sous pavillon chinois suscite de l’inquiétude en Occident. Bien que les investissements chinois soient réalisés soit au prix du marché, soit, souvent, à un prix surévalué, cela ne suffit pas à rassurer les craintes occidentales et à atténuer l’image de prédateurs associée aux entreprises chinoises.

En revanche, hormis quelques exceptions, comme Huawei et Lenovo, qui ont réalisé respectivement environ 60 % et 70% de leur chiffre d’affaires hors de Chine en 2015, la majorité des entreprises chinoises ont encore leurs principales activités basées en Chine, et ne sont pas encore dans une véritable stratégie d’internationalisation visant à prendre des parts de marché à l’étranger et ainsi à concurrencer les acteurs locaux.

Explications dans un nouvel article que j’ai écrit pour Les Echos : Pourquoi les entreprises chinoises investissent-elles à l’étranger ? 

Qu’en pensez-vous? Tout commentaire sera le bienvenu ! Merci ! 

Comment trouver, attirer et fidéliser des talents chinois ?

Extrait (3) du livre « Réussir sur le marché chinois » (Eyrolles)

[Chunyan Li]

Un proverbe chinois dit que « l’homme s’étire vers le haut, l’eau s’écoule vers le bas ». Dans la philosophie chinoise, il est naturel qu’un individu cherche tout le temps à aller plus haut, comme l’eau s’écoule sans cesse vers le bas. Avant de trouver, d’attirer et de fidéliser des talents chinois, il faut absolument comprendre cette envie et cette impatience de progresser en permanence.

Le marché du travail reste très dynamique mais aussi très compétitif en Chine. Plusieurs défis sérieux sont à prendre en compte par les entreprises occidentales : coût du recrutement en augmentation continue ; marché tourné vers les candidats, notamment vers les profils de qualité, entraînant en conséquence un taux de rotation élevé ; forte concurrence avec d’autres sociétés occidentales et chinoises ; difficultés de recrutement pour les PME et dans les régions moins développées.

Dans ce contexte et face à ces défis, que convient-il de faire pour trouver, attirer et fidéliser des talents chinois ?

Il convient en premier lieu d’avoir quelques règles d’action, quelques clés, à l’esprit.

Pour trouver des compétences, il faut d’abord identifier, suivre et développer des compétences en interne, encourager ses employés à recommander des candidats issus de l’extérieur, faire une sélection soigneuse des cabinets de recrutement selon le profil recherché, cibler ses priorités et rester attentif aux opportunités que constituent des profils issus d’autres industries, lorsque c’est nécessaire.

Puis, pour attirer des talents chinois, tout d’abord, une rémunération pertinente est un « must-have ». Dire « même si la rémunération reste un peu moins élevée que le marché, vous aurez une plus grande responsabilité » ne produit aucun effet dans la plupart des cas, si ce n’est d’attirer des candidats banals ou de moindre qualité.

Ensuite, il faut que l’entreprise ait au moins un point fort pour attirer des talents chinois. Cela peut être l’attractivité du secteur, la réputation et le positionnement de l’entreprise, de belles opportunités ou de fortes perspectives de carrière, la culture d’entreprise, etc. « Parmi mes clients étrangers qui cherchent des candidats de haut niveau, on trouve deux types de sociétés qui recrutent le plus facilement, celles ayant une forte notoriété et celles sur le point d’entrer sur le marché chinois et fournissant donc un grand espace d’entrepreneuriat. J’ai aidé à débaucher plusieurs directeurs des ventes de multinationales pour les PME occidentales qui venaient de s’installer en Chine », raconte Vera Tang, expert chinois en ressources humaines depuis 2004.

Si une PME étrangère n’a ni une bonne réputation dans son secteur, ni de bons produits ou services, voire connaît des difficultés, que faut-il faire ?

Vous pourrez trouver des éléments de réponse à cette question ainsi que d’autres clés de réussite, témoignages et exemples réels tirés du quotidien des entreprises en Chine en matière de recherche, d’attraction et de fidélisation des talents chinois, dans mon livre « Réussir sur le marché chinois » (Eyrolles). Tout commentaire de votre part sera aussi le bienvenu !

12 articles sur la Chine depuis un an

[Chunyan Li] Bonjour à tous, j’aimerais bien partager avec vous douze articles que j’ai écrits sur la Chine, les affaires franco-chinoises et les différences culturelles, et qui ont été publiés dans la presse – essentiellement française – depuis un an. Tout commentaire sera le bienvenu !

Le défi environnemental chinois est aussi une opportunité, Le Monde, 30/11/2015

Pourquoi Paris gagnerait à faire plus d’affaires avec Pékin?, Challenges, 03/11/2015

Pourquoi le e-commerce transfrontalier avec la Chine est prometteur mais difficile, La Tribune, 27/10/2015

Comment interpréter la chute de la Bourse chinoise ?, Le Monde, 04/09/2015

Huit conseils aux jeunes Chinois pour s’intégrer dans une entreprise française, Chine-info, 02/09/2015

Les Chinois deviendront-ils fanatiques d’Apple Watch ?, Chine-info, 20/03/2015

Faut-il encore investir en Chine ?, Le Cercle Les Echos, 19/03/2015

La richesse culturelle française : un atout pour attirer les nouveaux touristes chinois, JDN, 23/02/2015

Faut-il craindre les investissements chinois en France ?, Challenges, 05/02/2015

Pourquoi la Chine demeure une terre d’avenirLe Monde, 30/01/2015

Pourquoi les entreprises françaises ne sont pas encore à la hauteur en Chine ?, JDN, 30/01/2015

Chine et Occident : 10 malentendus faciles à éviterParisTech Review, 30/01/2015

Chinese puzzle and Western enigma: 10 common misunderstandings and how to avoid themParisTech Review, 30/01/2015

Navigating the Chinese administration: can you handle?

Contributed by: 

Gilbert Van Kerckhove, also called 范克高夫 in Chinese, is President of Beijing Global Strategy Consulting Co., Ltd. Gilbert has been working with China since 1980 and is a frequent speaker in seminars, some focusing on navigating the administration, illustrating the process with two real cases he was involved in — “Successful lobbying in China”. He is the author of “Toxic Capitalism”, on environmental issues (his blog: http://blog.strategy4china.com)

For most businesspeople, navigating the Chinese bureaucracy is a challenge — unless you have the right approach.

Here is what people generally assume:

The company has a friendly dinner with the city mayor who expresses interest in their proposal and who gives the “go-ahead” — in the eyes of the foreign company. The foreigners walk away, confident, assuming the city administration will meet their expectations.

What happens, really?

Nothing will happen further down the road, the mayor and the administration will soon forget about the nice dinner and the conversation. The Chinese side normally does not write a report about the discussion.

Whose fault?

The company’s, for failing to follow local protocol.

What is the key?

It is vital the administration at all levels is involved in the project and is properly briefed on paper about the details. In most cases a multitude of administrative departments must approve the project by following up on a report that circulates within the bureaucracy.

Contrary to the perception of many foreigners, a key person such as a mayor cannot make a unilateral decision; he must rely on his administration to back-up the idea — and to execute it. That is one of the fundamental characteristics of the Chinese administration: consensus.

What does the foreign company need to do?

Before the dinner with the mayor, the foreign company should give the mayor’s office a report, going straight to the main points, in a strict format so that it can be used by the administration. Obviously the report must be in Chinese. It will be the key document and will serve as a brief for the mayor and the administration, also allowing them to bring along the right people to the dinner.

The same document will circulate internally after the dinner as a memo and as the approval instrument for the project. Starting with the mayor’s office, notes will be written in the margins, giving instructions to the administration, top-down. In other words, the company’s document will be the de facto internal memo for the Chinese side.

The foreign company must be aware of the different departments involved and must make sure all are aware of the document — and that they will be reviewing it. It requires from the foreign company a good understanding on how the bureaucracy operates. If one key department is neglected, the approval process can get stuck, leading to the frustration of the foreign party that wonders why.

La richesse culturelle française : un atout pour attirer les nouveaux touristes chinois

Chunyan Li, publié par le Journal du Net le 23 février 2015

Les touristes chinois – notamment les jeunes et les nouveaux riches – voyagent davantage à l’étranger, davantage en groupe privé voire tout seul. Ils deviennent plus exigeants et apprécient les expériences culturelles approfondies ou sur-mesure. La France a clairement un atout pour les attirer : sa richesse culturelle.

Pour lire la suite de l’article, cliquer ici

“Réussir sur le marché chinois” – extrait (2)

« Réussir sur le marché chinois : 100 dirigeants révèlent les secrets du casse-tête chinois » 

Chunyan LI, éditions Eyrolles, en librairie le 5/12/2014

PARTIE II – Réussir en affaires en Chine

Chapitre 8

Danser avec son partenaire chinois - “Leçons tirées d’un partenariat” (en partie)

■■ Danone et Wahaha, un divorce douloureux
Le divorce douloureux entre Danone et Wahaha, leader des boissons non alcoolisées sur le marché chinois, a duré près de trois ans (2006-2009) et suscité beaucoup de débats en Chine, en France et même dans le reste du monde. Il s’avère difficile d’entrer dans tous les détails, mais il est plus important de tirer des leçons de cette affaire que de débattre sur qui avait raison ou tort, notamment pour les sociétés françaises qui veulent réussir en Chine.

Pourquoi Qinghou Zong a-t-il gagné le procès ?

Sans parler du protectionnisme industriel et de l’immaturité de l’environnement juridique en Chine, deux raisons, d’un point de vue tactique, peuvent expliquer pourquoi Zong, fondateur de Wahaha, a remporté le procès.

D’une part, Danone s’est montré dur et même « blessant » aux yeux des Chinois. Son ultimatum de « réponse sous trente jours » a suscité du ressentiment, blessant Zong et sa famille, qui ont lancé une série de procédures judiciaires contre Danone auprès des tribunaux de différentes villes chinoises. L’intensification de l’opposition des deux parties a provoqué un sentiment national. D’autre part, Zong a réussi à jouer la carte du « nationalisme économique » en associant le sentiment national, les intérêts de la société, et les intérêts des distributeurs, à ses intérêts personnels. Il a levé le drapeau rouge en faisant appel aux dirigeants chinois pour protéger les grandes sociétés nationales contre les « acquisitions malveillantes ». Il a reçu le soutien notamment des commerciaux et des distributeurs de la joint-venture, de plusieurs gouvernements locaux et d’une partie importante des internautes chinois.

Comment expliquer la réussite de son stratagème ? Tout d’abord, la révélation de cette affaire par les médias a obligé le gouvernement chinois à défendre Wahaha vis-à-vis de l’opinion publique locale. En outre, Zong entretenait de très bonnes relations avec ses distributeurs. Enfin, l’accord signé à l’origine entre les deux parties est devenu moins équitable en raison de la forte évolution des conditions du marché, et du fait que Zong a été contraint d’explorer de nouveaux marchés dans les régions moins développées. Les deux parties auraient dû renégocier et rééquilibrer le contrat afin de solidifier la relation et continuer à coopérer pour exploiter un marché en forte croissance.

Une relation perdant-perdant au final
Ce conflit interne aurait pu être résolu au travers de négociations internes, de manière plus discrète et moins tendue, basé sur un compromis profitant aux deux parties. Malgré les bénéfices récoltés durant les onze premières années de coopération, ce long procès ne leur a apporté nul bénéfice : non seulement les deux parties ont dépensé une somme colossale pour payer les avocats et les frais liés aux procès, mais en outre, Danone a beaucoup perdu de sa crédibilité sur le marché chinois, ce qui y a impacté son développement à long terme. Pour sa part, malgré sa parfaite compréhension des règles du jeu chinois, Zong a été mis en cause sur sa vraie motivation derrière le drapeau et souffre désormais d’une mauvaise image dans la presse occidentale.

Deux leçons essentielles
– Il faut prévoir d’éventuels conflits avec son partenaire chinois et renégocier le contrat s’il devient inégalitaire à cause de l’évolution des conditions du marché. En Chine, le contrat doit s’adapter en permanence à l’évolution de la situation. Si un contrat signé tout au début tourne à l’avantage de l’une des deux parties, il ne faut pas hésiter à le renégocier, ce qui renforce la relation de partenariat et crée une situation de gagnant-gagnant.

– En cas de différend, il faut rester discret et souple, essayer de le résoudre amicalement, et surtout, éviter de le médiatiser. En Chine, le « compromis » est souvent utilisé pour résoudre des conflits : « réduire les grands conflits en petits conflits, et réduire les petits conflits à rien ». Tout doit se faire discrètement afin d’éviter de faire perdre la face à qui que ce soit. Avant de lancer officiellement un procès, il faut évaluer s’il est possible de trouver un compromis convenant aux deux parties. Si tel n’est pas le cas, il faut recourir à la justice en évitant une approche trop « dure » ou « agressive », et surtout éviter de médiatiser l’événement, car dans ce cas-là, le gouvernement chinois sera obligé d’aider la partie chinoise, sous la pression de l’opinion publique, et pour garder de la « face » vis-à-vis des Occidentaux.

Pour plus d’informations sur le livre : cliquer sur ce lien  

Pour plus de cas et d’analyses sur le partenariat franco-chinois, ou les clés pour réussir en Chine : il suffirait de lire tout le livre – Livre disponible sur Amazon / sur Fnac / sur iTunes / sur le site d’Eyrolles / à la librairie d’Eyrolles (55-63 Boulevard Saint-Germain, 75005 Paris, tél 01 44 41 11 74)

N’hésitez pas à laisser vos commentaires ou suggestions ici 

Faut-il craindre les investissements chinois en France ?

Chunyan Li, publié par Challenges le 05 février 2015

La caricature sur la couverture du dernier numéro de Fluide Glacial consacré à la Chine citant “le péril jaune”, sans discuter de sa pertinence, reflète une crainte des Français voire des Occidentaux face à la montée en puissance de la Chine. “Quand la Chine s’éveillera, le monde tremblera”. Faut-il craindre la Chine et des investissements chinois en France ?

Pour lire la suite de l’article, cliquer ici

Pourquoi la Chine demeure une terre d’avenir

Chunyan Li, publié par Le Monde le 30 janvier 2015

Manuel Valls est en Chine jusqu’au 31 janvier, avec une délégation de dirigeants d’entreprise et deux sujets prioritaires : le « business » et le climat. Cette visite intervient au moment où la croissance du produit intérieur brut (PIB) chinois est arrivée au niveau le plus bas depuis 1990 : 7,4 % en 2014. Quel sera l’impact de cette baisse sur l’Occident, et en particulier sur la France ?

Pour lire la suite de l’article, cliquer ici