Chine et Occident : 10 malentendus faciles à éviter

Chunyan Li, publié par ParisTech Review le 30 janvier 2015

Entre la Chine et l’Occident, entre les Chinois et les Français, les Allemands, les Américains, de nombreuses différences culturelles demeurent, qui ne sont pas toujours faciles à repérer et à comprendre. Elles le sont d’autant moins qu’en échangeant dans la même langue – l’anglais des affaires – on a l’impression de parler des mêmes choses. De là ces petites et grandes incompréhensions qui peuvent déstabiliser les interlocuteurs et rendre difficile le travail en commun. C’est l’autre face de la mondialisation: la multiplication des malentendus. Il n’est pourtant pas impossible de les lever. Il suffit, pour cela, d’avoir quelques clés qui permettent de se mettre à la place de l’autre. En voici dix, sur des points particulièrement sensibles dans le monde des affaires.

Pour lire la suite de l’article : version françaiseEnglish version

Pourquoi les entreprises françaises ne sont pas encore à la hauteur en Chine ?

Chunyan Li, publié par le Journal du Net le 30 janvier 2015

Même si la croissance chinoise ralentit, le produit intérieur brut (PIB) de la Chine a déjà atteint 10 trillions de dollars en 2014, se plaçant au deuxième rang mondial. La France a effectivement besoin de la Chine pour doper sa propre économie.La présence française sur le marché chinois semble encore insuffisante notamment comparée à la concurrence allemande ! Comment l’expliquer ? Quelles sont les solutions ?

Pour lire la suite de l’article, cliquer ici

“Réussir sur le marché chinois” – extrait (1)

« Réussir sur le marché chinois : 100 dirigeants révèlent les secrets du casse-tête chinois » 

Chunyan LI, éditions Eyrolles, en librairie le 5/12/2014

PARTIE I – Opportunités et défis sur le marché chinois

Chapitre 5
Perception des entreprises et des entrepreneurs français

Les témoignages suivants découlent des expériences et perceptions de chaque personne, et bien qu’on ne puisse pas faire de généralités, il est néanmoins intéressant de les découvrir, notamment ce que les Chinois pensent des Français. D’une manière générale, rester ouvert aux avis, voire aux critiques, permet de prendre du recul, de s’améliorer ou simplement de rester vigilant par rapport aux mauvais choix ; comme le dit un ancien proverbe chinois, « corrigez vos erreurs si vous les avez commises et prévenez les si vous ne les avez pas faites ».

Léo Liu, directeur général du Wyndham Hotel Group en Chine

Ancien directeur de Costa Cruise Chine, il a occupé différents postes importants au sein du groupe Accor en France et en Chine, et jouit d’une double culture franco-chinoise : « Les Français ont un esprit philosophique dans les affaires et dans la gestion d’entreprise. C’est à la fois une force et une faiblesse dans la mesure où il faut à tout moment avoir des arguments, des contre-arguments et mener des débats avant d’arriver aux résultats. Une entreprise américaine est généralement plus orientée vers les actions et les résultats.

L’imprégnation d’une approche philosophique dans le système d’éducation et le système de réflexion des Français fait qu’ils gardent un certain conservatisme discret dans leur fierté, et qu’ils rechignent à communiquer sur leurs sociétés et leurs offres “à l’américaine”, c’est-à-dire commerciale et libérale. Les sociétés françaises ne recherchent pas avant tout l’efficacité, mais le sens de l’originalité ! Par exemple, à Shanghai, au lieu de s’installer dans les meilleurs immeubles de bureaux comme le Plaza 66 ou Xin Tian Di, beaucoup d’entre elles s’installent dans la concession française ou dans un endroit qu’elles considèrent comme original ou représentatif de leurs valeurs, sans prendre en compte que, vu du côté chinois, cette localisation peut produire l’effet inverse. Elles pensent que cela prouve leur élégance et leur “esprit”, mais cela rend le plus souvent les partenaires ou les clients chinois dubitatifs ou perplexes.

Beaucoup de sociétés françaises pensent qu’elles possèdent une telle “culture d’entreprise” ou, pire, une telle histoire qu’elles ne ressentent pas le besoin de se repositionner sur un nouveau marché. Or, il faut absolument comprendre les attentes et la perception des consommateurs chinois avant de positionner et de promouvoir ses offres, et, parfois, moins mettre en valeur une culture ou une histoire purement occidentale pour gagner en efficacité commerciale.

L’esprit d’entrepreneur enseigné dans les écoles de commerce françaises prône la « débrouillardise » ; le fondateur de « start-up » y joue un rôle clé. La plupart des entrepreneurs français en Chine que je connais ne font pas assez attention à leur habillement ou à leur marque de voiture, pensant à tort que l’esprit d’entrepreneur qui les habite et dont ils tirent du plaisir suffira à créer une bonne image de marque. Quelquefois, ils cherchent à réduire leurs coûts, comme cette société française qui a acheté des douilles sur un marché agricole, vite tombées en panne, l’obligeant à en acheter de nouvelles dans un supermarché. Tout cela crée une sorte de confusion auprès des Chinois qui pensent que tous les Français sont étriqués, pingres et obsédés par le moindre détail, ce qui peut donner l’impression qu’ils veulent couper les cheveux en quatre, une attitude très éloignée de la culture chinoise.

»

Pour plus d’informations sur le livre : cliquer sur ce lien  

Livre disponible sur Amazon / sur Fnac / sur iTunes / sur le site d’Eyrolles / à la librairie d’Eyrolles (55-63 Boulevard Saint-Germain, 75005 Paris, tél 01 44 41 11 74)

N’hésitez pas à laisser vos commentaires ou suggestions ici (cliquer sur Leave a reply) ! 

如何在法国找到第一份实习或工作 ? (第一篇)

文 / 李春燕, 2014年11月21日于巴黎

俗话说,万事开头难。很多初来乍到法国的中国留学生,从未有过海外或者工作经验,相对于法国和国外学生,刚开始寻找第一份实习时会有一些劣势。不过,一旦克服这个阶段,后面就会越来越容易。此外,根据 ‘‘马太效应’’,一开始起点高,就容易愈来愈好;一开始起点低,后面很可能需要花费更多时间和精力才能赶上,所以第一份实习或者工作的重要性不言而喻。

首先介绍一下我自己:2003年来到法国,在巴黎高等商校HEC直接从二年级读起。之前曾经在国内一家法企的北京分部担任过两年的市场部经理。从2004年夏天开始, 在HEC的实习年内,在法航和欧莱雅巴黎总部(市场营销)和汇丰银行巴黎分部(风险管理)做实习。然后,回学校结束最后一学期,选择的是市场营销专业,在校最后六个月内经历了许多场面试(经常一周内会有两到四场)。2006年从HEC毕业后,任职于一家国际知名战略管理咨询公司。大概在2008-2009年准备换公司时,三个月内在巴黎经历了三四十个面试,拿到了八个CDI合同(即终身合同)。经过这么多年的打磨,还是有些经验可以与大家—-尤其刚来法国不久、对未来充满憧憬的学弟学妹们分享的,仅供大家参考。

第一篇:如何获取面试机会

要知道,在你递出一份简历的同时,其他很多人正在做着同样的事情。获取一份面试,除了学校背景要足够硬,你的经历、学识和能力与所应聘实习职位相称或接近外,最重要的一点就是:在与其他候选人基本条件相似的情况下,你能有某个特质能让应聘公司记住你,或者有某个特殊的理由让他们说,这个候选人我们想见。这个特质或者特殊理由可以是你给人的总体印象(与众不同),你简历上的某一段经历,甚至是你某项很有特色的爱好;也可以是你表现出来的对该公司极强的、真诚的兴趣;或者,推荐你简历的那位恰好是该公司内部某位很有话语权的经理(是的,法国也是个典型的人情社会!),等等。

那么,如何给企业一个动力来联系你与他们面试?除了网上直接申请外,有如下几个途径。

第一:充分利用好学校里组织的各种招聘会

2003年,HEC大约有十名中国学生被传统的Grande Ecole项目录取,包括我自己。我们九月份到达学校,喘息未定,从十月、十一月开始学校就开始组织金融招聘会,然后咨询招聘会。来年一月左右,会有各行各业企业都参与的Carrefour招聘会。一般法国的商校或者工程师院校都会组织大型的招聘会,这是非常好的与企业直接接触的机会。

(Source of the picture : HEC Carrefour)

首先,参加招聘会前的准备工作非常重要。

至少准备好英、法两份简历,法文版本上放上你能够拍出来的、感觉最棒的职业头像照 (注意,要显得职业!在此基础上优雅或者风度翩翩都可以!);如果有公司你特别感兴趣的,最好也同时准备一份求职信。简历要既精简又突出重点和强项,一般一页即可,内容和格式要一目了然(有些学校会为学生专门制定一套简历模式,可参考)。求职信上,一定要注明你对何种职位感兴趣,以及为什么你被该公司吸引。法国公司,如同法国学校招生一般,总体上非常注重学生的求职或者求学动力(motivation)。此外,很多学校都有自己的职业指导部门,可以免费为学生修改和改进简历及求职信。有一点特别需要注意:你准备的这些材料上必须没有任何语法错误,语句必须是原汁原味的法文或者英文,力求在细节上做到完美。因为每家公司在招聘会上一天会收到无数申请材料,如果你的材料上有错误,首先就很可能会被淘汰。所以法文的简历和求职信最好找一位文字水平较好的法国人修改过,英文同理。我当年在学校,由于要投的公司比较多,不好意思总麻烦身边同学,就群发了一封邮件给全校,说希望找法文对练,我可以免费教他/她中文。一天后我收到二十几封邮件。后来,我又以同样的方法找到英文对练。我教他们中文的同时,一段时间内基本都是让他们帮我修改简历和求职信 (当然提前征求过他们同意)。

在准备申请材料时,有一个突出自己特点的好方法:条件许可的情况下,准备一份好的推荐信,尤其如果你已经有过一段实习或者工作经历。当年在北京辞职时,我请求原来的法国老板、中国区总裁给我写了一封推荐信。后来在学校招聘会上,很多人只递简历,而我的材料里多了一份有质量的推荐信,就是一个给公司加深印象的好方法。

此外,要提前选择好自己想重点“攻破”的公司,了解对方公司情况,准备好询问他们的问题,以及你要如何向他们介绍你自己。参加招聘会,不仅仅是投放简历这么简单,一定要给对方公司留下印象,越深刻越好—-当然,必须是好印象。所以参加招聘,一定要有与对方公司代表交谈的过程 :  既表明你对公司的真正兴趣,又同时以一种自然的方式“推销”你自己的经历与能力。刚开始参加招聘会时,往往要排着队等待与公司代表谈话,经验不多的,往往很紧张,一交谈起来,有时候不自信,有时候语无伦次 —-这与语言能力有很大关系,尤其刚到法国时法语还需要锤炼。除了尽力通过各种途径提高自己的语言尤其法语能力外(在法国找工作,法语水平很重要,水平越高越好),需要提前把想提的问题,尤其介绍自己背景和经历的一段话,都写在纸上并找人修改,最好找有经验的人给你反馈,然后记熟并练习,但出口时一定要自然。

最后,招聘会前夜要休息好,因为一整天站着交谈加上精神会或多或少紧张,会消耗很大的体力。提前打印好所有的材料并用文件夹整理好,如果一份材料里有好几页,记着一定要用订书机整整齐齐的装订在一起(细节最重要,不要随便一订—-比如斜着45度;你永远不知道挑选简历的人那个时候在想什么),没有任何细小的皱痕或者污渍。

还有一点,很关键:外观和形象非常重要,所谓“五秒定印象”,外貌是形成第一印象的全部因素,并且会在潜意识里一直保留。因此一定要准备好合适的着装 : 既要庄重,又要体现自己的特色。基调要含蓄,最安全的当然永远是白配黑或灰。在含蓄的基础上加个别出心裁的、又不夸张的装饰 —-这个每个人发挥自己的想象力,会更容易让人留意。另外,女生化淡妆即可,口红和眼影点到为止,不要涂太浓烈的颜色,关键要衬托出气色和精神面貌。指甲要提前修理好,干净整洁,指甲油可以不涂。穿的鞋子要既优雅又舒适,女生的话不要鞋跟太高太尖,避免加重疲劳。

其次:在参加招聘会当天一定要精神饱满,自信满满,并有的放矢

记住这三个词:微笑,自然,自信。 

(Source of the picture: Internet)

在任何时候,微笑都会增加你的亲和力与魅力,所以提前检查好牙齿是否刷得干净也很重要。尤其如果中午去食堂就餐然后赴下午场时,最好再刷一次牙齿。否则,也许你没有注意,一颗饭粒卡在牙缝里,若隐若现,有碍雅观;或者,如果你中午选择了鱼块,一开口就熏住了公司招聘者,印象是有了,不过面试大概不会有 J。

至于“自然”,就是不要让对方感觉你在生硬的背自己准备的东西,一定要放松,调整好呼吸,背部挺直,双脚稳稳的抓住地面;仔细去倾听对方的话,提的问题或者接住的话要“应景”,也就是要有呼应,表明你是在和他/她真正的互动,而不是精神紧张的在自言自语。言语要恰当、精简、清晰、直达终点,并显示你对该公司已经有一定了解。

至于“自信”,就是不怯场,由内而外的对自己有信心;一旦你信心不足,从语调和肢体语言中很快就可以传达给对方。双眼要时不时直视对方,但要避免盯着对方眼睛的时间太长,尺度大家自己把握。如果刚开始时比较害羞,可以时不时只看对方鼻梁上部,效果与直视眼睛基本相同。具体技巧大家在网上应该可以找到很多信息。

最后:掌握好几个小技巧。

第一个小技巧:如果你想热身先找一下感觉,那么可以先从自己不那么感兴趣的公司开始练起,但态度要认真。

第二个小技巧:在与对方交谈时一定要在心理上尽量把自己摆在与对方相等的位置。要知道,你虽然是个求职者,但却可以为对方公司创造价值;你有属于自己的特长与能力,并不只是公司挑选你的过程,你也可以挑选公司,所以这种对话应该是平等的。但也要避免走向另外一个极端,就是狂妄自负。

第三个小技巧:如果你和对方已经有过交谈,并且气氛还相对不错,那么在对话结束时你可以向对方索要名片,具体如何说得委婉诚恳、让对方愿意掏出名片就需要各显神通了。你给对方留下的印象相当重要。我当年参加招聘会时,观察到很少有学生索要名片,很多交谈完了就走了,等待对方公司联系。我们找工作,应该更加积极主动,因为机会都是要靠自己创造的。我当时索要名片的成功率在百分之八九十左右,如果有人不愿意给,微笑着说声没有关系。

第四个小技巧:抓住一切可以加深公司对你好印象的机会。

前面说索要名片,那么,名片要过来后做什么用?招聘会结束的当天晚上,最迟第二天,要写个 thank-you note,言简意赅,可以用一两句总结一下你们当天谈话内容,并感谢他/她花时间与你交流, 然后重申你对该公司以及某个职位的兴趣,并希望可以有机会与公司进一步交流等等。同时可以发你的简历电子版(因为招聘会上你给的是纸版),说  just for his/her information, 他/她可以发给任何感兴趣的人。具体如何既表达自己的意思又不过分push,各位自己琢磨。这些名片保留着,在以后还可以继续帮助找工作,下一篇“如何成功面试”中将解释。

加深印象的方法还有:招聘会上往往会有公司单独开20-30分钟左右的小型介绍会,如果是你特别感兴趣的公司,可以在会场上提问一两个有质量的问题。你要传递的信息就是:你对该公司很有动力,并且你看起来像一个有想法的人,因为你提的问题很到位,你说话也很有条理,而且你也有良好的语言表达能力。当年我就是这样获得了与麦肯锡面试的机会的。

第二:充分利用好校友资源

法国是个很看重校友网络的国家,基本上每个学校的校友会都有良好的校友管理体系,比如各级校友的姓名、就职公司、联系方法等都可以在校友网站内部找到。每个学校的校友之间一般都在职场上有良好的互助精神。所以,对你感兴趣的公司,不妨直接去联系相关校友,表明希望更多了解对方公司业务和文化,请求对方在接下来的两周内给你15分钟电话时间用以回答你几个问题。如果对方答应,那么其中有一个问题必定是关于对方公司内部机会的,并问他/她是否可以把你的简历转给相关人员。如果需要的话,你可以同时联系一个公司的好几位校友(避免过多),要有的放矢,可以以不同顺序联系,视第一个联系的结果再决定下一个。在选择校友时,要选择适当的水平—-职位如果太高则对方太过繁忙无暇回复,职位如果太低则转简历引起的重视程度可能不够。当然,职位非常高的有时也会回复,这个要看运气、信件吸引人程度、以及那天的天气还有你法文简历上照片的漂亮程度(哈哈,开个玩笑,不过也说不准 J)。 

(Source of the picture: http://www.gijobs.com/)

有些学校的校友会,还会有“导师体系”,就是一些有经年工作经验、一定职位和人脉的校友,主动承担年轻学生的导师,帮助指导寻找实习和工作。有时如果对第一位导师不够满意,还可以替换。具体可去各自的校友会打听。

最后,每个校友会都会组织各种主题的会议与活动。要从一开始留意起来,尤其与自己发展方向相关的活动。在保证学业的前提下,参加这些活动不但可以扩展知识和交换信息,而且可以认识到业内前辈。或许有一天,你参加一个活动,遇到的那个人就在你梦寐以求的公司里工作,甚至是高层!当然,这个过程中,要避免目的性太过明显而让人感觉不舒服,你懂的……

第三:调整好心态与精神状态

找第一份实习或工作的过程中,刚开始的时候往往要广撒网。这里讲个小插曲:当年我在HEC找第一份实习,最紧张时我给自己定目标一天必须发出几封,可是每天白天都有写不完的作业和看不完的材料,所以我发出简历和求职信时经常在午夜后,甚至经常会凌晨两三点,然后我法国同学知道后打趣我说:“公司看到你发邮件的时间,估计都会被吓着了!”我答曰:“恰恰相反,他们会明白我对他们公司多么有动力了,在凌晨两三点都对他们念念不忘!”哈哈。请大家切勿模仿,深夜发邮件是个很不好的习惯,我还是有些邮件是白天发出的!

(Source of the picture : pinterest)

因为广撒网,所以收到很多拒信很正常。保持良好的心态,做到有组织、有毅力、有策略,即使有短暂的沮丧,也要迅速调整过来。量变可以引起质变,也许你在被拒绝九次后第十次就会拿到offer ! 我拿到第一个实习offer是在基本无意识的情况下拿到的,因为之前费了很多精力,和一些公司面试前和面试后被拒了很多次,然后给我拿到的实习offer我又不特别满意。有一天,我在一家很感兴趣的公司网站上看到一个招实习生帖子,我顺便在校友网上查了查,发现这个实习所在部门的老板的老板的老板是本校毕业生,于是我给此大老板直接写信,申请此实习,同时在网上申请。后来此大老板的下属找我过去谈话,问了我几个小问题,然后就开始给我介绍实习环境和内容。之后,又去见了做实习的直接老板,见面也比较简单。不久之后,就给了我offer 。我当时很有“无心插柳柳成荫”的感觉!但我想,那也是因为我前面已经积累了一些经验,后面属于厚积薄发。

总之,保持昂扬的斗志,学会不断总结经验,时不时向过来人甚至身边的同学探讨学习。要相信,“面包会有的,牛奶会有的,一切都会有的”!—-当然,前提是,你是真正的 “用心在找”!

最后,祝大家旗开得胜,首先拿下许多面试机会!

下一篇:“如何成功面试”

微信订阅号:中法经济文化论坛

论坛网址:www.forum-francechine.com

Linkedin论坛:搜索 Forum France-Chine

Reifeng-Auzias, un grand cru « Made-in-China »

Chunyan Li, 06/11/2014, basé sur l’interview avec Michel Behar

Un vin de grande qualité n’est pas réservé à la France. En voici un exemple : le château Reifeng-Auzias, qui est né en 2004 d’une joint-venture entre Dominique Auzias, éditeur du Petit Futé et propriétaire du Château Auzias dans le Languedoc, Michel Behar, fondateur et gérant de la banque d’affaires Financiere Equitor, Wu Feng et son épouse Mei Ling dirigeants d’un grand groupe chinois dans les lubrifiants.

Les vignobles du château se trouvent sur une presqu’île à Penglai dans la province du Shandong, au bord de la mer Jaune bénéficiant d’un climat tempéré favorable à la production et d’une terre argilo-calcaire, à une latitude identique à celle de certains vins audois. Les cépages Syrah, Cabernet Franc et Chardonay ont été sélectionnés au départ en fonction des conditions climatiques et des conditions climatiques et de maladies des plants existant en Chine , et ont été élargis jusqu’à 25 cépages différents aujourd’hui.

Positionné comme « un grand cru produit en Chine et pour les Chinois mais par des Français », le vin Reifeng-Auzias se vend entre 200 et 600 euros par bouteille en général, dans un emballage extrêmement luxueux et sophistiqué avec des boîtes qui sont entourées dans du papier de soie. Il s’adresse aux consommateurs chinois fortunés et éclairés, autrement dit, des consommateurs qui sont à la recherche d’un produit de luxe original pour offrir en cadeau, et qui apprécient le bon vin selon un critère international ou français. En termes de goût, il est proche des grands vins français, mais avec une originalité très chinoise, en particulier, il y a un goût iodé qui en est une caractéristique unique.

Grâce à l’originalité du concept et du goût, depuis sa première récolte en 2007, le chiffre d’affaires de Reifeng-Auzias ne cesse de doubler chaque année. En 2013, 100 mille bouteilles représentant la totalité de sa production ont été vendues à 99% en Chine à travers deux distributeurs basés à Beijing et à Yan Tai (Shandong), et à 1% à l’international. Comparé à l’investissement initial, sa valorisation basée sur la notoriété de la marque et la rareté du produit a été également multipliée par cinq à ce jour. En 2010, Reifeng-Auzias a remporté les premières médailles de récompense pour la qualité du vin accordées à un vin produit en Chine, par Decanter de Londres, le plus grand institut de récompense de vin à l’international, et puis par China Wine Awards à Hong Kong.

« Le ‘‘Made-in-China’’ fonctionne très bien car les Chinois ont un fort sentiment nationaliste et sont ravis de trouver un vin chinois de haute qualité même en dehors de la Chine par exemple dans les ‘‘duty-free shops’’ européens », analyse Michel Behar. De plus, « la Chine a la capacité de produire des vins de très grande qualité, et ce sera certainement une tendance pour les années à venir », prévoit-il d’un ton optimiste.

Un proverbe chinois

Un proverbe chinois pour finir cette journée bien chargée : “山外有山,人外有人” (Shan Wai You Shan, Ren Wai You Ren) – “Derrière une grande montagne se trouve une autre encore plus grande, derrière une personne très intelligente se trouve une autre encore plus intelligente.”

Cela dit, personne n’est parfait et personne n’est le meilleur du monde dans l’absolu. Rester ouvert et curieux envers une autre personne, une autre culture et des choses différentes ; savoir et comprendre ce qui est en train de se passer ailleurs, ce que pensent et font les autres, apprendre à apprécier les gens qui ont un parcours différent, et s’inspirer de tout ce qui est différent de nous et ce que nous faisons, nous permettrait de faire des progrès en permanence. J’adore ceux qui ont cet esprit d’ouverture, qui posent des questions et qui se posent des questions, qui sont vraiment brillants mais qui restent humbles et accessibles, et je suis aussi convaincue que ceux qui restent centrés sur eux-mêmes n’iront pas très loin finalement, et c’est idem pour un pays. Plein d’histoires nous ont déjà appris cette leçon !

L’argent, un sujet tabou en France

Conversation de ce soir…
(un ami) “Qu’est-ce qui te motive dans la vie?”
(moi en rigolant) “Money, Money, Money !”
(Ils ont tous rit…) “C’est vrai qu’en Chine il n’y a que le matérialisme qui compte !”
(moi) “En Chine, tout le monde y pense et tout le monde en parle, tandis qu’en France, on n’en parle pas, mais en fait tout le monde y pense et fait semblant de ne pas y penser !”  :))

Le mystère du bronzage pour les Chinois

Par Chunyan, Paris, 2012-10-29

Aujourd’hui, le bronzage est une mode en France. On essaie de bronzer par tous les moyens : la mer, le ski, des produits et des centres de bronzage,… En été, à Paris, dans le même objectif, des femmes se mettent en maillot de bain dans les parcs.

(Photo prise à Arcachon, juillet 2012)

C’est presque un mystère pour les Chinois ou plus généralement les Asiatiques, et notamment pour les filles ou les femmes. Nous ne comprenons pas pourquoi les Français payent le bronzage, car nous recherchons exactement l’opposé : de manière générale nous voulons éviter d’avoir une peau bronzée, ou nous faisons tout pour avoir une peau blanche à tout prix. Dans les grands « shopping malls » ou les aéroports en Chine, les produits de blanchissement sont parmi les produits qui marchent le mieux. En été, des filles chinoises marchent dans la rue en portant un parapluie, pour éviter au maximum le contact avec la lumière du soleil. Récemment, selon un reportage sur lemonde.fr, il y avait des Chinois qui mettaient même le « face-kini » sur les plages de Qingdao pour ne pas bronzer.

(Source de la photo : Lemonde.fr, le 20 août 2012)

Pourquoi les Chinois ont tellement peur du bronzage ? C’est un mystère pour les Français. En France, une peau hâlée est considérée comme une peau naturelle et sensuelle, mais le plus important, est que cela reflète aussi une image de vacances à la mer ou au ski, un pouvoir d’achat permettant de se payer des vacances et de partir loin, ainsi qu’un style de vie aisé et un certain statut social. En Chine, le blanchissement reflète une image élégante, tandis que le bronzage est associé à l’image des paysans qui travaillent dans les champs ou de tous ceux qui ont besoin de travailler longtemps et laborieusement sous le soleil.

Pourtant, au 19ème siècle, le bronzage n’était pas encore valorisé en France. Les aristocrates voulaient conserver une peau blanche pour se différencier des paysans qui brunissaient dans les champs. Dans certaines couches de la société, on se protégeait du soleil grâce à des vêtements longs, une ombrelle, un chapeau (enfant à l’arrière plan), comme illustré ci-dessous dans le tableau de Claude Monet – « La Promenade » réalisé en 1875.

(Source de la photo : Wikipedia)

C’est à partir des années 1930 que le bronzage devient une mode incontournable en France notamment grâce à Coco Chanel qui prit accidentellement un coup de soleil sur la Côté d’Azur en 1920 et à la chanteuse métisse Joséphine Baker de la même période. Par ailleurs, la révolution industrielle et l’automatisation des travaux dans les champs ont permis à plus de gens de travailler en usine et aux paysans d’être moins exposés à la lumière du soleil. L’apparition des congés payés a également facilité l’accès aux vacances. Le bronzage n’est alors plus considéré comme un symbole de pauvreté et de labeur, mais un symbole de beauté, de sensualité et de réussite.

Conclusion : l’évolution des critères de beauté est fortement influencée par l’évolution de la société, que ce soit en France ou en Chine. Dans le futur, les Chinois commenceraient-ils eux aussi à apprécier une peau hâlée ? L’avenir nous le dira !

Pour mieux comprendre la culture chinoise

Par Chunyan, Paris, Sept. 2012

Mieux comprendre la culture chinoise à travers quelques caractères chinois…

La Chine est un pays qui possède une longue histoire. Longtemps ignorée du monde, elle est devenue aujourd’hui un sujet incontournable, suscitant débats  et passions. Pourtant, elle reste toujours lointaine, mystérieuse et difficile à comprendre pour la majorité des Occidentaux.

Souvent, on entend les Occidentaux dire : « il est vraiment difficile de saisir ce que pensent les Chinois ! », « ils semblent toujours dire oui et jamais non ! » ou « les Chinois passent des jours et des mois à négocier un contrat qu’ils ne vont pas respecter !», …

Pour un occidental, comprendre les chinois ne semble pas simple. Ne dit-on pas, face à une situation compliquée voire  inextricable : « c’est du chinois  » ? L’expression populaire dit clairement ce que nombre d’occidentaux ont vécu ou vivent encore en Chine, que ce soit dans une entreprise installée en Chine ou dans la vie quotidienne des occidentaux expatriés.

Pour vraiment comprendre ces valeurs et ainsi pénétrer la culture chinoise, il faut passer par l’analyse des caractères chinois qui les constituent et en connaître leur origine, leur composition, et le sens original et figuré. 

La Chine a 5 000 ans d’histoire et cette histoire est inséparable des caractères chinois. A l’origine, ils sont issus de pictogrammes, idéogrammes ou  rébus et qui ont beaucoup évolué au cours du temps. Fruits de pratiques sociales immémoriales, ils ont permis de transmettre les valeurs chinoises d’une génération à l’autre. A travers la façon dont un caractère chinois est créé, structuré et composé, parfois avec d’autres caractères chinois, nous pouvons non seulement repérer les signes culturels de l’époque qui a vu naître ce caractère, mais aussi mieux comprendre l’évolution de son sens et en déduire certaines caractéristiques et spécificités de la culture chinoise.

Les plus grandes valeurs traditionnelles chinoises peuvent être illustrées par ces huit caractères : « Harmonie » 和谐; « Endurance & Patience » 忍耐 ; « Pragmatisme » 践行 ;  « Evolution Contradictoire » 转化

Prenons l’exemple de l’Harmonie (和谐, en pinyin « He Xie ») :

(une des anciennes formes des caractères chinois)

Le mot « Harmonie » est composé de deux caractères : « He 和 » et « Xie 谐 ».

Voici la représentation d’une des anciennes formes calligraphiques du premier caractère chinois —- « He 和 » : à gauche le signe 口 représente la bouche ; à droite : les céréales en général (禾). L’harmonie est-elle de manger des céréales ? En réalité, non ! Le signe 口symbolise ici, non pas le fait de manger mais de chanter ! Dans l’Antiquité, lors du travail des champs, les paysans labouraient la terre de manière coordonnée et utilisaient le chant pour rythmer et se synchroniser. Le travail du chant participait donc au travail aux champs.  

Quant au deuxième caractère —- « Xie 谐 » : sur la partie droite de la forme ancienne, le haut signifie deux personnes qui sont ensemble et le bas signifie « parler ».  La partie gauche représente les « paroles ». Les 2 parties ensembles évoquent le sens de « deux personnes parlant en même temps mais dans le même ton », et donc le fait d’échanger ses opinions, sans conflit, en bonne intelligence et bonne entente.

Comme souvent en chinois, les deux caractères se renforcent mutuellement et vont dans le même sens, ici celui de l’harmonie. Cette double harmonie devait donc se trouver non seulement dans les activités agricoles, les plus importantes de la Chine antique, mais aussi dans tous les moments de la vie quotidienne. Ainsi, mise en valeur, l’Harmonie est au cœur de la culture chinoise. Elle désigne une relation équilibrée entre l’homme et la  nature, entre l’homme et la société, entre les hommes eux-mêmes et entre chaque homme et lui-même.

Pourquoi l’Harmonie ? Dans les temps anciens, les Chinois pensaient que la vie, les êtres vivants ou tout objet inanimé étaient issus du ciel et de la terre et considéraient que l’harmonie était l’état naturel et idéal de tout être ou objet dans l’univers. Cette spiritualité de l’harmonie a été par ailleurs développée par les différentes philosophies chinoises : Confucianisme, Taoïsme, Bouddhisme, « Ying Yang », etc.

Quelques autres exemples pour illustrer  le même esprit :

  • Le mot « 共和国 » (Gong He Guo) correspond à la république en français, mais il a un autre sens littéraire en chinois : 共和 – l’harmonie mise en commun ; 国 : pays ; Ensemble : un pays dans lequel l’harmonie est mise en commun. La république est donc moins perçue comme un principe politique qu’un système social.
  • 合同 (He Tong) – Contrat :
    • 合 (He) :

Première explication : la partie en haut représente un couvercle, et la partie en bas représente une boîte ; Ensemble : un contenant avec un couvercle qui s’y adapte parfaitement; Deuxième explication : la partie en haut représente une bouche qui s’ouvre vers le bas, et la partie en bas représente une bouche qui s’ouvre vers le haut ; Ensemble : s’embarrasser et s’entendre parfaitement

同 (Tong) : 

En haut : la cheville de bois ; En bas : une bouche qui chante ; Ensemble : chanter ensemble pour fixer la cheville de bois sur les champs de travail.

Le mot  «合同» (He Tong) évoque donc la convergence et l’ajustement adéquat, plus que les clauses écrites noir sur blanc, ce qui explique pourquoi les Chinois ont une différente interprétation du contrat. Cela peut arriver qu’ils ne respectent pas « précisément » certaines clauses du contrat, en revanche ils respectent la confiance mutuelle et l’évolution des relations.

  • Un proverbe chinois « 静坐常思己过,闲谈莫论人非 »  (S’asseoir en silence et réfléchir à ses propres erreurs, discuter sans potins sur les erreurs des autres) montre une approche plus exigeante envers soi-même que vis-à-vis des autres. L’autocritique est encouragée pour maintenir l’harmonie avec les autres.  Et, dès le plus jeune âge, l’éducation y contribue avec des enseignants qui disent toujours que « quand quelque chose ne marche pas, il faut chercher les causes en soi-même au lieu de les chercher sur les autres ». Ainsi quand un enfant en Chine rencontre des problèmes, il aura plutôt tendance à se remettre en cause sans s’en prendre aux autres, qu’ils soient les professeurs, la famille ou l’environnement. C’est à peu près l’inverse de l’approche française dans laquelle l’élève, avant de se remettre en cause, critiquera, accusera tout ce qui lui est extérieur jusqu’à favoriser la création d’un bouc émissaire.
  • Un autre exemple de cette recherche de l’harmonie permanente se trouve dans la peinture traditionnelle chinoise, qui représente souvent de très grandes montagnes au pied desquelles coulent fleuves et rivières, avec un tout petit homme, parfois minuscule, mais qui s’intègre complètement dans son environnement. A la différence de la peinture traditionnelle européenne qui met souvent la personne en avant, la peinture chinoise traditionnelle (appelée Shui Mo Hua, ou « peinture à l’encre chinoise, qui prend souvent les montagnes et rivières comme sujets ») symbolise bien cette recherche de l’harmonie : le « petit homme » fait corps avec son environnement et ne cherche pas à s’en isoler ou à s’en séparer par des agissements  incohérents ou individualistes. 
  • Ce concept d’harmonie se retrouve aussi dans l’architecture traditionnelle chinoise qui est souvent structurée et équilibrée entre la gauche et la droite. A la Cité Interdite il y a trois grands pavillons dont le premier porte le nom de « Taihe Dian » (Le pavillon de l’harmonie dans l’univers), le deuxième « Zhonghe Dian » (Le pavillon de l’harmonie entre les hommes), et le troisième, « Baohe Dian » (Le pavillon de l’harmonie éternelle). Les noms de ces pavillons en disent plus long sur l’harmonie que tous les guides touristiques !
  • Vous connaissez peut-être le sport « Taijiquan», un sport pratiqué par beaucoup de Chinois et même des Occidentaux. En fait, c’est un sport du Taoïsme avec des mouvements qui illustrent bien son esprit philosophe : surmonter la « fermeté » par la « douceur », et surmonter la « mobilité » par la « tranquillité ». Les Chinois l’utilisent parfois  comme  « stratégie » pour convaincre quelqu’un ou pour dépasser leurs concurrents.

Aujourd’hui, même avec la montée de l’individualisme des jeunes chinois, de plus en plus tournés vers l’occident, la recherche de l’harmonie est toujours très présente parmi la population chinoise. Naturellement, les Chinois cherchent à éviter les conflits, ne s’expriment pas toujours facilement sur ce qu’ils pensent, ne réagissent pas souvent aux sautes d’humeur des occidentaux et ont du mal à dire « non », ce qui donne l’impression aux Occidentaux qu’ils disent tout le temps « oui » et qu’il est difficile de savoir ce qu’ils pensent vraiment. Ces comportements que les occidentaux ont du mal à comprendre sont tous régis par la recherche de l’harmonie, qui sera toujours privilégiée par rapport à une voie plus personnelle voire individualiste ou solitaire.

Pour plus de contenu, veuillez trouver ici la présentation sur ce sujet qui illustre en détail d’autres valeurs fondamentales chinoises. Vous trouverez également mes réflexions et mes observations sur les différences culturelles entre le monde chinois et le monde occidental/français.